Page:Évanturel - Premières poésies, 1878.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
vii
Préface

pins aux fines senteurs résineuses ! Alors, humant avec volupté les effluves embaumées qui se dégagent des arbres, des prairies en fleur ou des foins mûrs, vous songez aux piétons ahuris qui se traînent dans les rues empestées de la ville, vous vous sentez heureux, et pour peu que vous soyez poète, ces sensations de bien-être éveillent en vous les idées les plus riantes ; vous éprouvez le besoin de mêler votre voix au chant des oiseaux qui se jouent sous la feuillée, et de célébrer avec eux l’Auteur de toutes les belles et bonnes choses de la nature.

Enfin, si vous avez un livre sous la main, et près de vous un ami qui partage vos goûts pour les beautés champêtres et pour les productions de l’esprit, votre jouissance est complète. Pour qui les aime, les livres ne font jamais défaut, même en voyage ; mais, surtout quand on se déplace, l’ami quelquefois manque à l’appel, et l’on se prend à regretter de ne pouvoir partager avec lui le plaisir