Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 1.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il monte son escalier plus péniblement que de coutume. Quand enfin il est assis sur son canapé, je remarque que sa respiration est plus difficile que la veille. Des bruits sourds et de mauvais augure grondent dans sa poitrine oppressée. Il se remet cependant un peu, et entame le chapitre de l’Économie politique.

« Un travail bien important à faire pour l’Économie politique, me dit-il, c’est d’écrire l’histoire de la spoliation. C’est une longue histoire, dans laquelle, dès l’origine, apparaissent les conquêtes, les migrations de peuples, les invasions, et tous les funestes excès de la force aux prises avec la justice. »

« De tout cela il reste aujourd’hui encore des traces vivantes, et c’est une grande difficulté pour la solution des questions posées dans notre siècle. On n’arrivera pas à cette solution tant qu’on n’aura pas bien constaté en quoi et comment l’injustice, faisant sa part au milieu de nous, s’est impatronisée dans nos mœurs et dans nos lois. »

… Il m’entretient de plusieurs de nos amis de Paris, sujet sur lequel il s’arrête volontiers ; puis, se préoccupant de mon dîner, il me renvoie après m’avoir dit : « Puisque vous avez fait ce long voyage, je suis bien aise maintenant que vous soyez ici. »

20 décembre.

En arrivant près de lui à l’heure accoutumée, je lui demande la permission de le quitter pour aller à l’ambassade où je me suis déjà rendu en vain ce matin. J’ai trois lettres pour la France à remettre à une personne que je n’ai pas rencontrée. Cette demande le contrarie, et l’abbé de Monclar, qui était sur le point de sortir, se charge de faire tenir mes lettres à l’ambassade.

Dès que nous sommes seuls, il me dit : « Vous ne devineriez jamais ce que j’ai fait ce matin. » Inquiet et le soupçonnant d’une imprudence, je conjecturai qu’il avait écrit. « Non, reprit-il, cela m’eût été, cela m’est impossible. Voici ce que j’ai fait, je me suis confessé. Je veux vivre et mourir dans la religion de mes pères. Je l’ai toujours aimée, quoique je n’en suivisse pas les pratiques extérieures. » Ce mot de vivre n’était employé là que par ménagement pour moi. Je lui rappelai qu’en 1848 il m’avait dit, en parlant de Jésus-Christ : « Il est impossible d’admettre