Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 2.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


le pain fait concurrence à la faim ; car, au contraire, comme le pain apaise la faim, le capital rémunère et satisfait le travail. Et voyez où conduit cette simple rectification ! Si c’est avec lui-même et non avec le travail que le capital rivalise, que doivent désirer les travailleurs ? Est-ce que les capitalistes soient ruinés ? Oh ! non. S’ils font des vœux conformes à leurs vrais intérêts, ils doivent désirer que les capitaux grossissent, s’accumulent, multiplient, abondent et surabondent, s’offrent au rabais, jusqu’à ce que leur rémunération tombe de degré en degré, jusqu’à ce qu’ils deviennent comme ces éléments que Dieu a mis à la disposition des hommes, sans attacher à sa libéralité aucune condition onéreuse, jusqu’à ce qu’ils descendent enfin autant que cela est possible, dans le domaine gratuit, et par conséquent commun de la famille humaine. Ils n’y arriveront jamais, sans doute ; mais ils s’en rapprocheront sans cesse, et le monde économique est plein de ces asymptotes. Voilà la communauté, je ne dis point le communisme, que l’on ne peut mettre au commencement des temps et au point de départ de la société ; mais la communauté qui est la fin de l’homme, la récompense de ses longs efforts, et la grande consommation des lois providentielles. D’un autre côté, que doivent souhaiter les possesseurs de capitaux ? Est-ce d’être entourés d’une population chétive, souffrante et dégradée ? Non ; mais que toutes les classes croissent en bien-être, en richesse, en dignité, en goûts épurés, afin que la clientèle s’ouvre et s’élargisse indéfiniment devant eux. La clientèle ! j’appelle votre attention sur ce mot ; il est un peu vulgaire ; mais vous trouverez en lui la solution de bien des problèmes, les idées d’union, de concorde et de paix. Sachons détacher nos regards de notre petit cercle, ne pas chercher la prospérité dans les faveurs, les priviléges, l’esprit d’exclusion, toutes choses qui nuisent aux masses et réagissent tôt ou tard sur nous-mêmes par la ruine de la clientèle.