Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 2.djvu/34

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




6. RÉFLEXIONS SUR L’ANNÉE 1846.


30 Janvier 1847.


L’année 1846 sera pour l’économiste et l’homme d’État un précieux sujet d’étude. En France et en Angleterre dans les deux pays les plus éclairés, toutes les lois restrictives, qui devaient amener l’abondance, tombent devant la disette. Chose étonnante ! on a recours, pour nourrir le peuple, à cette même liberté qui, disait-on, est un principe de souffrance et de ruine. Il y a là une contradiction flagrante, et s’il est dans la nature de la restriction d’assurer des prix de revient aux industries agricole et manufacturière, et, par suite, des salaires aux ouvriers, c’était le cas plus que jamais de renforcer le système restrictif, alors que les prix de revient échappaient aux agriculteurs, et, par suite, les salaires aux ouvriers ; mais si on eût été assez fou, on n’eût pas été assez fort.

En France comme en Angleterre, les mesures qu’on a décrétées pour ramener l’abondance sont provisoires, comme si l’on voulait que la subsistance du peuple ne fût assurée que provisoirement. Car, enfin, les régimes opposés de la restriction et de la liberté ont chacun leurs tendances. Lequel des deux tend à accroître les moyens de