Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 7.djvu/190

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Mais ne l’oublions pas, l’œuvre spéciale de la prochaine campagne, et peut-être de plusieurs années, c’est la propagande. Animer les convictions sympathiques, raffermir les convictions chancelantes, ramener les convictions hostiles, parler, écrire, discuter, donner une grande publicité à tous les travaux de mérite qui surgiront, soit dans la capitale, soit dans les provinces, spécialement à ceux qui se distingueront par la verve et la clarté, organiser des comités dans les départements, correspondre avec eux, les visiter ; telle est pendant longtemps notre laborieuse mission.

Associez-vous énergiquement à cette tâche, Messieurs, et soyons bien convaincus d’une chose, c’est que, s’il est un pays, une ville, appelés plus que tous autres à recueillir en bien-être, en influence morale et politique, les fruits de la libre circulation des produits et des idées, cette ville c’est Paris, ce pays c’est la France. (Applaudissements.)


38. — PROJET DE DISCOURS LIBRE-ÉCHANGISTE À PRONONCER À BAYONNE[1].


Messieurs,

Mon intention est de soumettre à votre examen quelques vues générales sur la liberté du commerce. En cela, je m’écarterai des conseils que m’ont donnés mes amis. On m’a dit souvent : « Partout où vous aurez occasion de parler, traitez la question au point de vue des intérêts de vos au-

  1. C’est au sortir de Marseille (voir t. II, p. 293 et suiv.) que l’auteur eut l’idée de visiter sa ville natale, et d’y prendre la parole en faveur de la liberté d’échanger. J’ignore pourquoi ce projet ne fut pas exécuté. (Note de l’édit.)