Page:Œuvres complètes de Frédéric Bastiat, Guillaumin, 7.djvu/235

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




49. — LES SOUS-PRÉFECTURES[1].


Qu’est-ce qu’une sous-préfecture ? Une boîte aux lettres. Le Préfet écrit : Monsieur le Sous-préfet, voici une dépêche pour le maire de … ; vous la lui adresserez sans retard et m’enverrez la réponse avec votre avis.

Le Sous-préfet répond : Monsieur le Préfet, j’ai reçu la dépêche pour le maire de … ; je vais la lui envoyer sans retard et vous adresserai la réponse avec mon avis.

Pour ce service, il y a dans chaque arrondissement un sous-préfet à 3,000 francs d’appointements, 3,000 francs de frais de bureau, un secrétaire, un loyer, etc., etc.

Nous nous trompons : les sous-préfets avaient encore une mission réelle, celle d’influencer et de corrompre les élections.

Combien de jours les sous-préfectures survivront-elles à la révolution de février ?

En général, on nous trouvera peu empressés à demander des changements de personnes, mais fort ardents à réclamer la suppression des places inutiles.


50.


Paris, 29 février 1848[2].


Un journal n’atteint pas à une immense circulation sans répondre à quelques idées dominantes dans le pays. Nous

  1. La République française, n° du 29 février 1848.
  2. N° du 1er mars 1848 de la République française.(Note de l’édit.)