Page:Œuvres complètes de Guy de Maupassant, XVI.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— Oh ! Madame, cela dépend tout à fait du tempérament de Monsieur. Quand j’aurai vu Monsieur cinq minutes en tête à tête, je pourrai répondre exactement à Madame.

— Vous le verrez tout à l’heure, mon enfant. Mais je vous préviens qu’il n’est pas beau.

— Cela ne me fait rien, Madame. J’en ai séparé déjà de très laids. Mais je demanderai à Madame si elle s’est informée du parfum.

— Oui, ma bonne Rose, la verveine.

— Tant mieux, Madame, j’aime beaucoup cette odeur-là ! Madame peut-elle me dire aussi si la maîtresse de Monsieur porte du linge de soie ?

— Non, mon enfant : de la batiste avec dentelles.

— Oh ! alors, c’est une personne comme il faut. Le linge de soie commence à devenir commun.

— C’est très vrai, ce que vous dites là !

— Eh bien, Madame, je vais prendre mon service.

Elle prit son service, en effet, immédiatement, comme si elle n’eût fait que cela toute sa vie.