Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/119

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Un événement intéressant avoit réveillé sa Muse. Ce prince étonnant qui avoit fixé l’attention de l’Europe, lorsqu’il n’étoit encore que l’héritier de la couronne de Prusse venoit de monter sur un trône fondé par la politique de son père, et qu’il devoit lui même affermir et illustrer par des prodiges de courage et de génie. L’enthousiasme de Gresset s’alluma pour un tel héros ; Il reprit la lyre pour annoncer ses hautes destinées sur un ton digne de la gloire du poète et de celle du monarque.

Ce prince pour qui nul des grands talens qui brilloient dans l’Europe n’étoit étranger, sçut apprécier et ses éloges et son génie. Plusieurs rois avant lui avoient honoré les sçavans par des largesses ; Frédéric sçut donner à Gresset une preuve d’estime plus flatteuse et plus décisive ; il composa lui même une ode à sa louange et lui accorda l’honneur d’être célébré, à la face de l’Europe, par un grand roi et par un Héros. C’est ainsi que l’on vit, pour la première fois peut être, la poésie, dont la plus ordinaire fonction paroit être de flatter les princes, emploiée par un souverain à honorer le mérite d’un particulier : Pour produire ce phénomène, il falloit en même temps, un monarque, qui, au talent de vaincre et de régner, sçut joindre encore le talent d’écrire, avec un noble enthousiasme pour les lettres ; et un homme de lettres fait pour justifier un si éclatant hommage de la part d’un tel monarque.

Parlerai-je, Messieurs, des charmantes productions dont notre poete n’a pas fait présent au public ; mais dont vous fûtes les confidens ? Qui n’a pas désiré, par exemple, de lire l’Ouvroir ? Cette pièce, qui fit une si vive sensation sur tous ceux qui en entendirent la lecture, est-elle absolument perdue pour les lettres ? Un ouvrage qui promettoit une si douce jouissance à tous les gens de goût ne leur causera-t-il que des regrets ? Quelle main jalouse d’ajouter une nouvelle fleur à la couronne de Gresset, remplira enfin les vœux du public par le don précieux, auquel il semble avoir tant de droits ?