Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


non moins flatteur, on accordant à Gressot le cordon de son Ordre et le titre d’historiographe de celui de Saint-Lazarre ; et j’ose croire que ces distinctions furent plus honorables aux Lettres en général et au monarque qui les donna, qu’au poète célèbre qui les reçut. Elles n’ajoutoient rien à la véritable gloire de Gresset. Sans Lettres de noblesse, le génie est toujours noble ; il est illustre sans aucun signe extérieur d’illustration. Son nom et ses ouvrages, voilà ses titres de noblesse ; c’est par eux qu’il est grand chez toutes les Nations et dans tous les siècles ; tandis que ceux qui ne le furent que par des dignités sont pour jamais replongés dans le néant ; Toutes les prérogatives qu’il a partagées avec eux disparoisscnt aux yeux de la postérité, qui ne s’informe pas de ce qu’un grand homme a été, mais de ce qu’il a fait.

Mais cette équitable postérité n’en consacre pas moins la mémoire des rois, qui, mettant les avantages que les Lettres procurent à l’etat au rang des services, qui donnent droit à ses récompenses, sçavent encourager les talens et relever à la fois l’éclat de la noblesse même, en l’associant au génie et en la fesant le prix de ses sublimes travaux.

Gresset ne jouit pas lontems de ces honneurs. Une mort prompte l’enleva à la Littérature et à sa Patrie. Je n’arrêterai pas mes regards sur sa tombe ; comme s’il y avoit été enseveli tout entier : Celui qui fut à la fois homme de bien et homme de génie n’est il pas doublement immortel ?

Mais un trait glorieux à ses compatriotes n’échappera pas à mon intention. Je n’oublierai pas la vivacité des regrets que sa perte excita parmi eux et l’empressement qu’ils firent éclater pour honorer sa mémoire. On vit l’Académie en corps et les magistrats municipaux accompagner solemnellement sa pompe funèbre, et la douleur publique rendre au mérite d’un particulier des hommages que l’on n’accorde parmi nous, qu’à la puissance et à la grandeur. Qui pourra voir d’un œil indifférent ce noble enthousiasme d’un peuple sensible, qui semble expier par sa conduite toutes les honteuses persécutions que l’envie a tant de fois suscitées au génie ?