Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tout cela m’annoncoit une prodigieuse variété de talens à laquelle on n’a peut être jamais fait assez d’attention : mais qui auroit étonné le public, si, au lieu de s’arrêter tout à coup au milieu de sa course brillante, Gresset eut cédé à l’ambition d’étendre sans cesse sa renommée par de nouveaux ouvrages.

Aussi quelque gloire qu’il ait obtenue durant sa vie ; le temps qui détruit tant de réputations imposantes, ne fera qu’affermir et augmenter la sienne. Sa retraite ; le soin qu’il semble prendre de se faire oublier dans un tems où la mode et l’intrigue ont tant de part à la vogue des autheurs vivans ; l’écrit qu’il publia contre le théatre ; ses principes de religion si éloignés des idées de plusieurs écrivains qui donnoient le ton à la littérature, et dont l’envie s’arma de ce prétexte pour lui imprimer du ridicule : toutes ces circonstances ont peut-etre jusqu’à un certain point diminué l’éclat de son nom aux yeux des juges prévenus et superficiels : mais la postérité le dédommagera de ces vils préjugés par les sentimens d’une juste admiration, que n’obtiendront point d’elle les plus célèbres de ses rivaux.

Pour moi je n’ai fait qu’annoncer son jugement et suivre celui du public équitable et éclairé. Puissé-je avoir rendu à la mémoire de Gresset un hommage digne de lui ! l’éloge d’un homme illustre est un monument élevé à la gloire de sa patrie, et la couronne que vous devez décerner m’a paru faite, messieurs, pour exciter l’ambition d’une ame noble ; parce que je l’ai moins regardée comme la récompense du talent, que comme le prix glorieux d’un acte patriotique. Ce sentiment a échauffé mon zèle, que l’appas d’un simple laurier littéraire eut laissé froid et languissant ; et si un sort flatteur attendoit cet ouvrage, j’aurois lieu sans doute d’être très content de moi même : car je devrois ce succès au désir de remplir les nobles vues de la compagnie sçavante à laquelle il est offert et à l’ambition d’obtenir l’estime de vos citoiens auxquels je le consacre.