Page:Œuvres de Blaise Pascal, II.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


294 OEUVRES

Liber novus prœlusorms (infra, p. 3o6), Roberval n'ajoute à cette théorie incidente de la pesanteur de l'air qu'une im- portance secondaire : «j'aurais pu séparer la troisième expé- rience en plusieurs, car elle est fort complexe, je ne l'ai pas fait afin de mieux marquer le but unique de ces diverses expériences, qui est de mettre en évidence la raréfaction spontanée et la condensation violente de l'air. »

Ce texte, déjà significatif, est confirmé par le témoignage de Pierius. Pierius est ravi de la conversion inattendue de Roberval à cette thèse de la raréfaction de l'air que la pre- mière Narration avait si brutalement condamnée : « Aperte fatetur partem illam tubi superiorem vacuam non remanere^ quod magni est momenti in Mathematico qui contrariam sententiam hue usque mordicus docuerat » (p. i4). Mais il fait des réserves sur les explications que Roberval ajoute à cette thèse fondamentale. Plus fidèle que le P. Noël à l'ensei- gnement traditionnel de la scolastique, Pierius croit à la lé- gèreté absolue de l'air. Aussi écrit-il : « Primum vellem non recurrisset ad gravitatem aëris prementis omnia haec inferiora : utque cum Philosophis conveniebat in conclusione praecipua, ita cum iisdem convenisset in ejusdem conclusionis explica- tione. Peripatetici putant nihil omnino esse gravitatis in aëre » (p. i5). Il ajoute que Roberval ne s'est pas pro- noncé formellement, et sans aucune restriction, pour cette hypothèse : « Scio equidem professorem hanc ipsam colum- nam et gravitatem aëris proposuisse duntaxat ut rem proba- bilem, et aliam, licet levi brachio, attigisse. » (^Responsio, p. 19. Cf. p. 20),

4° Les expériences dont je parlerai maintenant, continue Roberval, ont rencontré dans nos conférences publiques un assentiment unanime. Il ne suffisait pas de montrer que l'air avait la capacité de se raréfier ou dilater spontanément à tra- vers l'espace le plus grand possible ; il fallait encore faire voir qu'il était resté encore dans le tube un peu d'air susceptible d'en remplir la partie supérieure (autrement il eût fallu dé- noncer le vide ou quelque corps inconnu). En vue de cette

�� �