Page:Œuvres de Blaise Pascal, VI.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


186


QUINZIÈME LETTRE

¹ESCRITE PAR L'AUTEUR LIV.

DES LETTRES AU PROVINCIAL


AU REVERENDS PERES JESUITES.


Du 25. Novembre 1656.

MES REVERENDS PERES,

Puisque vos impostures croissent tous les jours, et que vous vous en servez pour outrager si cruellement toutes les personnes de pieté, qui sont contraires à vos erreurs, je me sens obligé pour leur interest et pour celuy de l'Eglise, de découvrir un mystere de vostre conduite, que j'ay promis il y a long-temps, afin qu'on puisse reconnoistre par vos propres maximes, quelle foy l'on doit adjouter à vos accusations et à vos injures.

Je sçay que ceux qui ne vous connoissent pas assez ont peine à se determiner sur ce sujet ; parce qu'ils se trouvent dans la necessité ou de croire les

___________________________________________________________

1. A² . Ecrite [à un Provincial par un de ses Amis]. Aux Reverends ....[sic]; B. Escrite.... Provincial, manque. — ...Sous-titre des éditions postérieures à celle de 1699 : « Que les Jesuites ôtent la calomnie du nombre des crimes, et qu'ils ne font point de scrupule de s'en servir pour décrier leurs ennemis. »