Page:Œuvres de Blaise Pascal, X.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


>i

��LETTRE DE LA SŒUR

JACQUELINE DE SAINTE-EUPHEMIE PASCAL

A MADAME PER1ER, SA SŒUR

Gloire à Jésus au Très Saint Sacrement.

A Port-Royal d s Champs, ce i!\. Mars i66r. La retraite de ce temps 1 peut bien m'empescher de vous faire une ample lettre, ma chère Sœur, mais elle ne peut pas me dispenser de vous escrire, puisque je n'ay rien à vous mander que de saint et des effets de la grâce de Dieu, dont il nous a donné les arrhes en un tel jour qu'aujourd'huy ; car vous sçavez que la guerison des corps n'est que comme un morceau, pour parler ainsi, qui nous promet infiniment plus que ce qu'il vaut. Cela commence à se trouver vray en deux manières, car au lieu que par cet espouvantable miracle il n'y a eu qu'une de vos filles guérie, nous avons sujet d'espérer que toutes les deux seront préservées de la corruption du monde. L'ainée 2 a fort bien parlé à M. de Rebours ; et pour la jeune 3 , elle est si fervente que si cela continue on ne pourra pas se dispenser de la mettre au noviciat devant l'âge, si vous avez tous deux dessein de la donner à Dieu comme je le croy. Elle dit que son miracle est un privi- lège particulier, et en effet difficilement cela tirera-t-il à

��i. Pâques tombait le 17 avril en 1661.

2. Jacqueline, née en i64/j.

3. Marguerite, née en i646, guérie en i656 par le miracle dont la lettre de Jacqueline Pascal rappelle l'anniversaire.

�� �