Page:Œuvres de Blaise Pascal, XI.djvu/502

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche