Page:Œuvres de Vauvenargues (1857).djvu/437

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
383
ET MAXIMES.


92. Il n’y a point de parti si aisé à détruire que celui que la prudence seule a formé : les caprices de la nature ne sont pas si frêles [1] que les chefs-d’œuvre de l’art.

93. On peut dominer par la force, mais jamais par la seule adresse [2].

94. Ceux qui n’ont que de l’habileté ne tiennent en aucun lieu le premier rang [3].

95. La force peut tout entreprendre contre les habiles [4].

96. Le terme de l’habileté est de gouverner sans la force [5].

97. C’est être médiocrement habile que de faire des dupes [6].

98. La probité, qui empêche les esprits médiocres de parvenir à leurs fins, est un moyen de plus de réussir pour les habiles [7].

99. Ceux qui ne savent pas tirer parti des autres hommes sont ordinairement peu accessibles.

100. Les habiles ne rebutent personne [8].

101. L’extrême défiance n’est pas moins nuisible que son contraire ; la plupart des hommes deviennent inutiles à celui qui ne veut pas risquer d’être trompé [9].

102. Il faut tout attendre et tout craindre du temps et des hommes.

103. Les méchants sont toujours surpris de trouver de l’habileté dans les bons [10].

  1. Var. : « Les caprices les moins réguliers de la nature ne sont pas aussi fragiles, » etc.
  2. [Bien. — V.]
  3. [Bien. — V.]
  4. [Bien. — V.]
  5. [Bien. — V.]
  6. [Bien. — V.]
  7. [Bien. — V.] Var. : « La probité, qui borne les moyens des esprits médiocres, devient elle-même un moyen de réussir. »
  8. [Bien. — V. ]
  9. [Bien. — V. ] Var. : « Il ne faut pas trop craindre d’être dupe. »
  10. [Bien. — V.] — Voir page, 321, le 28e Caractère (Varut). — G.