Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 16, 1838.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


une très jolie figure. — Vous auriez laissé plus d’une jolie figure passer la nuit devant la porte close, n’eût été la chaîne d’or. — Sans doute, sans doute ; vous ne voudriez pas que je fisse largesse de vos provisions à chaque vaurien ou vagabond que le hasard amènerait par ici un jour de pluie. Mais ce jeune homme jouit dans la contrée d’un bel et honnête renom, et Tronda dit qu’il doit épouser une fille du riche udaller Magnus Troil ; le jour du mariage sera celui où il choisira entre les deux sœurs : ainsi, ce serait outrager notre honneur et exposer notre repos, que de le traiter chichement, quoique nous ne lui ayons pas envoyé d’invitation. — La meilleure raison du monde, dit Triptolème, pour garder un homme dans une maison, c’est de ne pas oser le mettre à la porte. Pourtant, puisque nous avons un hôte de qualité, je lui apprendrai quelle espèce d’homme je suis, moi. » Alors, s’avançant vers la porte, il se mit à crier : « Heus tibi, Dave ! — Adsum, » répondit le jeune homme en entrant dans la chambre.

« Hem ! fit l’érudit Triptolème, il n’est pas sans avoir fait des humanités, à ce que je vois ; je veux l’éprouver mieux… Entendez-vous quelque chose à l’agriculture, mon jeune gentilhomme ? — Ma foi non, monsieur, répondit Mordaunt ; je n’ai appris à labourer que sur la mer, et à moissonner que sur les rocs. — À labourer sur la mer ! s’écria Triptolème ; c’est un champ où la herse n’a point de peine à niveler les sillons. Quant à votre moisson sur les rochers, je suppose que vous voulez parler de ces scowries, peu importe le nom que vous donnez à ces plantes : c’est une espèce de récolte que le Rauzellaer devrait empêcher aux termes de la loi ; rien n’est plus propre à briser les os d’un honnête homme. J’avoue que je ne comprends pas quel plaisir on trouve à gigotter au bout d’une corde entre ciel et terre. Pour moi, j’aimerais autant que l’autre bout de la corde fût attaché au gibet ; je serais sûr de ne pas tomber, du moins. — Bah ! je vous engage à en tâter, répliqua Mordaunt… Croyez-moi, il n’y a guère au monde de plus grandes jouissances que celles qu’on ressent perché au milieu des airs, entre un roc haut et sourcilleux et l’Océan qui rugit ; la corde qui vous soutient semble à peine plus forte qu’un brin de soie, et la pierre contre laquelle vous avez un pied appuyé ne présente pas plus de surface qu’il n’en faut à une mouette pour se jucher… Sentir et comprendre une pareille position, avec l’intime confiance que l’agilité de vos membres et la force de votre tête peuvent pourvoir à votre salut, aussi aisément que si vous aviez les ailes du canard sauvage…