Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/126

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


livrant aux plus vives émotions de leurs cœurs, Jeanie trouva la force de recommander à sa sœur la plus grande réserve pendant son séjour à Édimbourg, conseil qu’Effie écouta sans lever une seule fois ses grands yeux noirs, dont les pleurs coulaient en abondance : enfin elle embrassa sa sœur en sanglotant, lui promit de ne pas oublier ses bons conseils, et elles se séparèrent.

Pendant les premières semaines, Effie remplit et au-delà ce que désirait sa parente ; mais bientôt elle se relâcha de son zèle pour le service de mistress Saddletree. La bonne dame eut souvent à se plaindre du temps qu’Effie mettait à faire les commissions qu’on lui donnait au dehors, et de son air d’impatience quand on la grondait à ce sujet. Mais cette excellente femme crut qu’il était bien naturel à une jeune fille, pour qui tout était nouveau dans Édimbourg, de s’amuser en route, et que son impatience n’était que la vivacité d’un enfant gâté, soumis pour la première fois à la volonté d’autrui. « Holy-Rood, disait-elle, n’a pas été bâti en un jour. Patience, elle s’y fera avec le temps. »

Il semblait qu’elle eût prédit la vérité. Au bout de quelques mois, Effie parut occupée tout entière de ses devoirs, quoiqu’elle ne s’en acquittât plus avec cette gaieté et cette légèreté qui auparavant charmaient tous les chalands. Sa maîtresse la vit souvent pleurer, mais s’efforçant de cacher ces marques de chagrin dès qu’on les remarquait. Bientôt ses joues devinrent pâles et sa marche pesante. La cause de ce changement n’aurait point échappé à l’œil exercé de mistress Saddletree, qui malheureusement fut obligée par une maladie, de garder la chambre pendant les derniers mois qu’Effie resta chez elle. Pendant ce temps, le chagrin d’Effie allait presque jusqu’au désespoir. Tous ses efforts étaient inutiles pour commander aux souffrances qu’elle éprouvait ; et elle commettait de si fréquentes erreurs dans la boutique que Saddletree, obligé, pendant la maladie de sa femme, de s’occuper de son commerce beaucoup plus que ne le lui permettait son amour pour la jurisprudence, perdit toute patience avec la jeune fille, et lui déclara dans son latin, et sans égard pour le genre, qu’il faudrait la faire traduire devant un jury ; comme fatuus, furiosus et naturaliter idiota. Les voisins et les autres domestiques observaient de plus, avec une curiosité maligne ou une pitié humiliante, les traits défigurés, l’élargissement de la taille et les joues pâles de cette jeune fille, naguère si belle et encore si intéressante. Mais Effie n’accorda sa confiance à per-