Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/146

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


langue dorée, qui vendent leur science pour de l’argent, et vos juges à argent, qui, selon le monde, accorderont trois jours d’audience à une discussion sur une pelure d’oignon, et pas une demi-heure au témoignage de l’Évangile ; oui, que je les regarde comme des formalistes qui appuient par les sentences, les chicanes et les subtilités de la loi, cet assemblage de trahison… l’union, la tolérance, le patronage et le serment érastien des épiscopaux… Quant à votre cour de justice, qui tue l’âme et le corps… »

L’habitude de considérer sa vie comme consacrée à rendre témoignage en faveur de ce qui lui semblait la cause souffrante et abandonnée de la vraie religion avait entraîné Davie ; mais en prononçant le nom de la cour de justice, l’idée de la malheureuse situation de sa fille revint à son esprit ; il s’arrêta au milieu de sa déclamation triomphante, porta ses mains à son front, et garda le silence.

Saddletree en fut ému, mais non pas assez pour laisser échapper le moyen de discourir à son tour, que lui donnait le silence subit de Davie. « Personne ne doute, voisin, que ce ne soit une cruelle chose d’avoir affaire aux cours de justice, autrement que pour s’instruire dans la théorie et la pratique en suivant les audiences ; quant à la malheureuse affaire d’Effie… vous avez sûrement vu l’accusation ? » Il tira alors de sa poche une liasse de papiers, et se mit à les feuilleter.

« Ce n’est pas cela… c’est l’information de Mungo Marsport contre le capitaine Lackland, pour être passé sur sa terre de Marsport avec faucons, bassets, chiens couchants, filets, fusils, arbalètes et autres instruments plus ou moins destructeurs du gibier, comme daims rouges, daims fauves, perdrix rouges, perdrix grises, hérons et autres ; n’ayant ledit défendeur aucun droit, aux termes du statut 62, c’est-à-dire n’ayant pas une charrue de terre. Maintenant les défenses signifiées disent que non constat pour le moment ce que c’est qu’une charrue de terre ; que cette incertitude suffit pour invalider les conclusions du demandeur. Dans les réponses aux défenses (M. Crossmyloof les a signées, mais c’est M. Younglad qui les a faites), on dit qu’il importe peu, in hoc statu, de savoir ce que peut avoir d’étendue une charrue de terre, puisque le défendeur n’en possède pas du tout. Qu’une charrue de terre (ici M. Saddletree lit le papier qu’il tenait) soit, si vous voulez, moindre que la dixième partie d’un pied (ceci est