Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/304

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


durer jusqu’à ce que les heures que le pauvre Butler consacrait ordinairement au repos fussent écoulées, si Saddletree n’avait pas été interrompu par un bruit de voix qui se fit entendre à la porte. La femme de la maison où logeait Butler, en revenant de la fontaine où elle avait été remplir sa cruche pour les besoins de la famille, trouva notre héroïne Jeanie Deans debout à la porte, s’impatientant de l’éternelle harangue de Saddletree, et ne se souciant pourtant pas d’entrer qu’il n’eût pris congé.

La bonne femme mit fin à son incertitude en lui demandant : « Est-ce moi ou mon mari que vous demandez, mon enfant. — Je voudrais parler à M. Butler, s’il n’est pas occupé, répondit Jeanie. — Entrez donc par ici, ma fille, » répondit la bonne femme en ouvrant la porte de la chambre ; et elle annonça cette seconde visite en disant : « Monsieur Butler, voilà une jeune fille qui veut vous parler. »

La surprise de Butler fut extrême quand, après cette annonce, il vit paraître Jeanie, qui s’éloignait rarement de chez elle de la distance d’un demi-mille.

« Bon Dieu ! » s’écria-t-il en se levant en sursaut de son siège, tandis qu’un sentiment d’alarme rendait à ses joues la couleur dont la maladie les avait privées, « est-il arrivé quelque nouveau malheur ? — Aucun, monsieur Reuben, que ceux que vous devez déjà savoir. Mais comme vous avez l’air malade vous-même ! » ajouta-t-elle ; car la rougeur passagère qui l’animait ne dérobait point aux regards d’une tendresse inquiète les ravages que la maladie et le chagrin avaient faits sur la personne de son amant.

« Non, je suis bien, très-bien, » dit Butler avec vivacité, » et si je puis faire quelque chose pour vous, Jeanie, ou pour votre père… — Sans doute, dit Bartholin, la famille peut être regardée maintenant comme réduite à deux personnes, comme si Effie, la pauvre fille ! n’en avait jamais fait partie. Mais, Jeanie, ma fille, qui est-ce qui vous amène à Libberton de si bon matin, tandis que votre père est resté malade chez nous dans les Luckenbooths ? — J’ai un message de mon père pour M. Butler, » dit Jeanie avec embarras, mais rougissant immédiatement du mensonge auquel elle avait recours ; car elle n’avait pas moins d’amour et de vénération pour la vérité que les quakers eux-mêmes ; se reprenant donc : » j’ai, dit-elle, à parler à M. Butler au sujet des affaires de mon père et de la pauvre Effie. — Est-ce une affaire de justice ? dit Saddletree. Dans ce cas vous feriez mieux de pren-