Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/350

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trois marches, elle se trouva dans le cimetière, et vit que Madge s’avançait tout droit vers la porte de l’église. Comme Jeanie n’avait aucune envie d’y entrer en telle compagnie, elle se détourna un peu du sentier, et dit d’un ton ferme : Madge, j’attendrai ici que le service soit fini ; vous pouvez aller toute seule dans l’église, si bon vous semble. »

Tout en disant ces mots, elle était au moment de s’asseoir sur l’une des tombes.

Madge était un peu en avant lorsque Jeanie se détourna du sentier ; mais se retournant soudainement, le visage enflammé de colère, elle courut à elle, la joignit et la saisit par le bras. « Pensez-vous, ingrate que vous êtes, que je vous laisserai assise sur la tombe de mon père ? Que le diable soit de vous ! si vous ne vous levez pas aussitôt pour me suivre chez l’interprète, c’est-à-dire dans la maison de Dieu, je vous arracherai jusqu’au dernier chiffon que vous avez sur le dos. »

Joignant les gestes aux paroles, d’une main elle arracha le chapeau de paille de Jeanie avec tant de violence qu’elle lui enleva une poignée de cheveux, et le jeta sur un vieux houx où il resta accroché. La première pensée de Jeanie fut de crier ; mais réfléchissant qu’elle pourrait être dangereusement maltraitée avant d’obtenir du secours, malgré le voisinage de l’église, elle jugea plus prudent d’y suivre la folle, espérant trouver là quelque moyen de lui échapper et de se soustraire à sa violence. Mais quand elle lui dit avec douceur qu’elle était prête à l’accompagner, le cerveau timbré de sa compagne poursuivait déjà un autre enchaînement d’idées. Tenant toujours Jeanie d’une main, et de l’autre lui indiquant l’inscription gravée sur la tombe où elle avait voulu s’asseoir, elle lui commanda de la lire… Jeanie lui obéit, et lut ces mots :

À LA MÉMOIRE DE DONALD MURDOCKSON,
APPARTENANT AU XXVIe RÉGIMENT DU ROI, DIT LE CAMÉRONIEN,
CHRÉTIEN SINCÈRE, BRAVE SOLDAT, SERVITEUR FIDÈLE,
IL MÉRITA LA RECONNAISSANCE ET LES REGRETS DE SON MAÎTRE,
ROBERT STAUNTON,
QUI LUI A ÉRIGÉ CE MONUMENT.

« C’est très-bien lu, Jeanie ; c’est précisément cela, » dit Madge dont la colère venait de se changer en mélancolie ; et d’un pas qui, à la grande satisfaction de Jeanie, était grave et lent, elle conduisit sa compagne vers la porte de l’église.