Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


INTRODUCTION
MISE EN TÊTE DE LA DERNIÈRE ÉDITION D’ÉDIMBOURG.




L’auteur a dit, dans la préface des Chroniques de la Canongate, publiées en 1827, qu’il avait reçu d’un correspondant anonyme un récit de l’incident sur lequel est basé le roman qu’on va lire. Il a maintenant la liberté d’ajouter que ce récit lui fut adressé par une femme aimable et spirituelle, qui ne vit plus aujourd’hui, mais dont le tact fin et sûr pour comprendre et juger les caractères est encore présent au souvenir de ses amis. Son nom de fille était miss Hélène Lawson, de Girthead ; elle était femme de Thomas Goldie, esquire, de Craigmuie, commissaire de Dumfries.

Voici la teneur de l’écrit qu’elle m’envoya :

« J’avais loué, pour y passer l’été, une chaumière[1], près de la vieille abbaye de Lincluden ; elle avait été peu de temps auparavant habitée par une dame qui prenait plaisir à embellir les chaumières qu’elle trouvait agréablement situées et en même temps assez misérables. La mienne était donc ornée avec un goût et une élégance peu ordinaires dans ces sortes d’habitations en Écosse, où une chaumière est exactement ce que son nom exprime.

« De la porte je voyais une partie de la vieille abbaye que j’ai déjà nommée. Au-dessus des arbres dont était bordée une prairie qui s’étendait jusqu’aux ruines, je distinguais les arcades les plus élevées, tandis que les plus basses se montraient dans leurs interstices. Les formes bizarres et fantastiques de ces vieux frênes s’alliaient merveilleusement bien avec les bâtiments qu’ils ombrageaient et ornaient tout ensemble.

« De ma porte, l’abbaye elle-même paraissait sur le même plan que la chaumière ; mais si vous alliez jusqu’au bout de la prairie, vous découvriez qu’elle était placée sur une hauteur à pic, au pied de laquelle coulaient les eaux transparentes du Cluden, qui se hâtent de rejoindre les ondes dormantes du Nith,

Dont le lointain murmure et s’augmente et retombe.

« Ma cuisine était très-voisine de mon parloir. Un jour j’y en-

  1. Cottage, chaumière écossaise ; en Angleterre, chaumière ornée. a. m.