Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/85

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’emploi des mesures de rigueur ; cependant, sur la déposition du général Moyle, qu’un nommé Ring, boucher de la Canongate, s’était vanté, en présence de Brigitte Knell, femme d’un soldat, le lendemain de la mort du capitaine Porteous, d’avoir joué un rôle fort actif dans l’insurrection, un mandat d’arrêt fut lancé, et King appréhendé au corps et emprisonné dans la geôle de la Canongate.

« Le solliciteur se trouva alors obligé à faire saisir tous ceux contre lesquels il avait des indices. Par une déclaration signée, William Stirling, apprenti chez James Stirling, marchand à Édimbourg, fut signalé comme ayant été dans le Nether-Bow, après la fermeture des portes, avec une hache à la main, comme ayant crié le premier hourra, et marché à la tête de la populace contre la garde.

« James Bradwood, fils d’un fabricant de chandelles de la ville, fut, par une déclaration signée, représenté comme ayant été à la porte de la prison, et comme ayant donné à la populace, qui le nommait par son nom et lui demandait son avis, des instructions pour mettre le feu à cette porte.

« Une autre déclaration chargea un nommé Stoddard, garçon forgeron, de s’être vanté publiquement, dans une boutique de serrurier, à Leith, d’avoir aidé à briser la porte de la Tolbooth.

« Peter Traill, ouvrier journalier, fut accusé, par une autre déclaration, d’avoir barricadé la porte de Nether-Bow après qu’elle eût été fermée par les insurgés.

« Le solliciteur de Sa Majesté, muni de ces informations, employa secrètement les personnes auxquelles il pouvait davantage se fier, et la vérité est qu’il y en avait bien peu en qui il pût mettre toute sa confiance ; mais il fut fidèlement servi par un nommé Webster, soldat aux fusiliers gallois, qui lui avait été recommandé par le lieutenant Alshton. Ce soldat, avec beaucoup d’adresse, découvrit, non sans courir de grands risques, les lieux où les criminels contre lesquels on informait avaient coutume de se retirer, et comment on pourrait s’emparer d’eux. Conséquemment une troupe de la garde de la Canongate reçut l’ordre de se tenir prête à marcher à une heure dite, quand on lui expédierait un message. Le solliciteur écrivit une lettre et la remit à un des officiers de la ville, avec l’ordre d’accompagner le capitaine Maitland : c’était un des capitaines de la ville, promu à ce poste depuis le malheureux événement, et qui déployait dans cette affaire