Page:Adam (Lamber) – Païenne, 1883.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


à la majesté de l’incantation. Cette lumière ambrée que nous versait la lune, en nous donnant l’apparence des ombres, semblait ouvrir devant nous les perspectives mêmes des champs Élyséens. Je murmure tout bas l’hymne d’amour, et c’est sous le regard d’Éros, dieu de la vie, que je mets mon cœur à vos pieds.



À TIBURCE

Après vous avoir écouté de longues heures parler de ce qui me charme ou m’émeut ou me passionne, dans la nature et dans l’art, après avoir savouré toutes les joies de l’esprit que le vôtre jetait en moi avec profusion, j’ai pleuré comme une enfant ; pourquoi ? Parce que je n’avais pu, un seul instant, boire l’amour à vos lèvres.