Page:Adam (Lamber) – Païenne, 1883.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’apôtre des mauvaises mœurs, qui place l’infidélité (répète-t-il à chaque instant devant vous) à la tête des vertus conjugales, de quel droit M. de Noves vous défend-il un sentiment qu’il croit être seulement de l’amitié ? Je n’accepte pas pour vous cette tyrannie et je veux… Pardon, Mélissandre, ne t’irrite pas de mon emportement.

Tu me l’as dit avec ta grandeur d’âme, il ne faut nous laisser envahir ni par la tristesse, ni par la haine. Restons confiants dans la destinée, la fortune est pour nous. Je veux me répéter sans cesse tes fières et douces paroles : « Ne songeons, dans l’épreuve, qu’à nos joies, et, quelque tempête qui se déchaîne, rappelons-nous que notre bonheur est fixé. »