Page:Adam (Lamber) – Païenne, 1883.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Ne t’irrite pas de ma plainte ; je sais quel est ton désir : j’y répondrai avec soumission, ma bien-aimée. Je te dirai même, si tu l’exiges, que la privation de ta vue augmente ma ferveur, car c’est de la piété que je t’ai vouée, comme aux divinités absentes.



À TIBURCE

Jamais je n’ai senti une pareille impossibilité de me reprendre à la santé. Quoi ! ce bonheur surhumain se briserait parce qu’avant de te connaître j’ai manqué de foi dans ta venue, et que, dédaigneuse de la vie, j’ai pris plaisir à la laisser s’amoindrir en moi ! Maintenant, ma volonté n’a plus la puissance de retremper mes forces. Pourquoi, en mes jours sombres, n’ai-je pas eu la révélation de mes jours lumineux ?