Page:Adrienne Durville, Carnet de guerre 1914-1918 n°3.pdf/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Jeudi 31 décembre

Bousculade toute la journée ; une partie des jeunes infirmières manquent et nous devons tout faire.

Enfin une lettre de Paul, apportée par un chasseur du ravitaillement. Il se bat depuis Noël dans l’eau et la boue. J’ai le temps de préparer vite une réponse qu’il aura cette nuit, la nuit de la nouvelle année.

Quelle tristesse que ces séparations !

Dîner avec Mme de M., gênée ; nous avons toutes hâte de nous séparer. Soins toute la soirée ; je n’ai même pas le temps d’écrire mes lettres de jour de l’an.


Vendredi 1er janvier 1915

Le premier jour de l’année, la belle année de la revanche et de la victoire, celle qui nous rendra l’Alsace et la Lorraine. Que toutes les tristesses du présent et les inquiétudes de l’avenir disparaissent devant cette pensée dont la réalisation fera de 1915 la plus belle année de ma vie.

Messe à St Vincent, prières pour tous ceux que j’aime, mais avant tout et par dessus tout pour la France et ses soldats.