Page:Adrienne Durville, Carnet de guerre 1914-1918 n°5.pdf/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pour dire adieux aux Ihler.

Arrivée vers 2 heures ½ à Gérardmer ; le pays est splendide, ce lac au milieu des montagnes couvertes de sapins forme un paysage tout reposant. Avant tout, nous allons au cimetière des Alpins déposer nos fleurs pour ne pas faire une entrée triomphale qui serait grotesque. De là, nous allons à la recherche du médecin divisionnaire Louis qu’on nous dit être à l’hôtel du Lac avec Hassler ; nous nous y rendons et sommes reçues si aimablement, avec des louanges tellement hyperboliques que cela en est gênant ; nous retrouvons Mlle de Ronseray, des Peupliers, Mlle de Miribel ; Julie est reconnue par Mlle