Page:Aimard - La Loi de Lynch, 1859.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


est généralement en marbre rouge ou blanc ; lorsque la pierre est de couleur sombre, on la peint en blanc avant de s’en servir. Le calumet est sacré. Il a été donné aux Indiens par le Soleil ; pour cette raison il ne doit jamais être souillé par le contact du sol.

Dans les campements, il est tenu élevé sur deux bâtons fichés en terre, dont les extrémités sont en forme de fourche.

L’Indien chargé de porter le calumet est considéré comme l’étaient chez nous les hérauts d’armes ; sa personne est inviolable. C’est ordinairement un guerrier renommé de la tribu, qu’une blessure grave reçue dans un combat a estropié et rendu incapable de se battre.

Le soleil se levait au moment où les Apaches terminaient leurs retranchements.

Les blancs, malgré toute leur bravoure, sentirent un frisson de terreur agiter leurs membres lorsqu’ils s’aperçurent qu’ils étaient ainsi investis de tous côtés, d’autant plus que les clartés encore vagues du jour naissant leur laissaient apercevoir dans les lointains de l’horizon plusieurs troupes de guerriers qui s’avançaient de points différents.

— Hum ! murmura Valentin en hochant la tête, la partie sera rude.

— Vous croyez notre situation mauvaise ? lui demanda le général.

— C’est-à-dire que je la crois détestable.

— Canarios ! fit le général Ibañez ; nous sommes perdus alors.

— Oui, répondit le Français, à moins d’un miracle.

— Caspita ! Ce que vous dites est peu rassurant,