Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
107
rayon-de-soleil

— Il y a peu de temps ; il a demandé des nouvelles d’Oonomoo.

— Oonomoo lui rendra bientôt visite aussi.

— Pourrait-il y aller aujourd’hui avec Flwellina.

— Quand le soleil sera là-bas, dit le Huron en indiquant du doigt un point de l’horizon, il doit partir ; et lorsque le soleil sera derrière les collines de l’ouest, il sera à plusieurs milles d’ici.

— À quel moment reviendra-t-il ?

— Oonomoo ne peut le dire. Il va secourir un homme blanc et une jeune fille qui est aux mains des Shawnees.

— Flwellina attendra en priant pour Oonomoo et pour ses amis.

— La pensée de Flwellina soutiendra son époux, elle rendra son bras invincible, il ne craindra aucun ennemi.

— Niniotan deviendra comme son père, un vaillant guerrier qui, je l’espère, ne scalpera jamais son ennemi.

— Le missionnaire que pense-t-il de Niniotan ?

— Il pense que le sang d’Oonomoo coule vigoureusement dans ses veines. Les yeux de l’enfant étincellent, sa poitrine se gonfle lorsqu’il