Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/108

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
108
les drames du nouveau-monde



entend le récit des grandes actions de son père ; il brûle du désir de l’accompagner sur le sentier de guerre.

— Bientôt Niniotan suivra le Guerrier. Il fera feu de sa carabine, ses pieds seront comme ceux du daim. Il deviendra un homme, et son nom seul fera trembler les Shawnees jusque dans leurs huttes.

— Sera-t-il bon et miséricordieux dans la guerre ? demanda Flwellina en regardant fixement son mari.

— Il sera comme son père ; il ne tuera les hommes que dans le combat, aucune chevelure ne servira d’ornement à son wigwam. Qu’il continue à s’abreuver des paroles du missionnaire Morave.

— Il écoute ses enseignements : son cœur est jeune et ardent ; il veut être vaillant… mais pourra-t-il suivre de loin les traces glorieuses de son père ?

— Ses efforts réussiront : qu’il cherche à imiter non pas ce que Oonomoo faisait, mais ce qu’il fera.

— Souvent (et je m’en afflige) il compte les Scalps suspendus dans notre hutte, il s’étonne de