Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
130
les drames du nouveau-monde

Avec une subtilité qui avait trompé les yeux clairvoyants du Huron lui-même, ils avaient laissé un des leurs sur la rive pour qu’il surveillât le cours du fleuve. Nul doute que le reste de la bande ne fût cachée dans les environs, prête à bondir au premier signal.

Effectivement, la sentinelle postée sur le rocher avait pour mission de faire feu sur quiconque apparaîtrait, et, dans le cas où il y aurait plus d’un adversaire, de se jeter dans la rivière après avoir poussé un cri d’appel qui ferait accourir tous ses compagnons.

D’un coup d’œil Oonomoo comprit toute la gravité de la situation : le point dangereux était surtout que le Miami l’aperçut trop tôt. Il était, à la vérité, possible de nager jusque sous l’extrémité inférieure du rocher sur laquelle était étendu ce dernier, et de lui fendre la tête d’un coup de tomahawk. Mais, ce parti violent pouvait ne pas obtenir une issue favorable, il était moins chanceux de se glisser jusqu’au canot, et de s’en faire un abri. Ce qui rendait à cet égard plus facile la manœuvre d’Oonomoo, c’est que le Miami se préoccupait tout à la fois de regarder en amont et en aval ; de telle sorte que alternative-