Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
140
les drames du nouveau-monde

— Qu’est-ce qu’il y a encore ? demanda Canfleld.

— Ugh ! un canot de Shawnees qui arrive ! murmura Oonomoo.

Il ne se trompait pas. En effet, un grand canot de guerre contenant une troupe nombreuse de guerriers couverts d’éclatantes peintures, s’avançait au milieu du courant, pendant que les Miamis tenaient la rive droite.

Lorsque les deux flottilles furent en présence il y eut un arrêt ; Miamis et Shawnees s’adressèrent des congratulations réciproques : pendant ce temps, Heïgon et ses deux protégés restèrent prudemment à l’écart, si bien qu’ils eurent la chance de rester inaperçus, ou du moins de n’être pas inquiétés.

Ce ne fut pas néanmoins sans avoir éveillé l’attention des Shawnees : à leurs gestes inquisiteurs on pouvait reconnaître qu’ils adressaient des questions aux Miamis.

Quand, enfin, on se sépara, Canfield respira à l’aise en songeant qu’il l’avait échappé belle ainsi qu’Oonomoo. Et ce dernier put classer parmi ses souvenirs de guerre les plus émouvants, cette chance heureuse d’avoir échappé deux fois en