Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
141
rayon-de-soleil



cette nuit mémorable aux haines mortelles de ses plus féroces ennemis.

Quelques minutes plus tard, on arriva à la hauteur du village Shawnee ; Oonomoo exprima le désir de débarquer. Aussitôt Heïgon dirigea le canot vers le rivage, sauta dans l’embarcation de ses compagnons, et après avoir échangé une dernière fois de cordiales poignées de mains, les deux troupes se séparèrent, peut-être pour ne jamais se revoir.