Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
142
les drames du nouveau-monde


CHAPITRE VII

plan de campagne

Les premières lueurs de l’aurore commençaient à apparaître. Un brouillard pénétrant s’élevait de la rivière et se répandait lentement dans les bois : les vapeurs matinales obscurcissaient le ciel au point de le rendre plus sombre qu’il ne l’avait été pendant toute la nuit.

Il y avait là un moment désagréable à passer auquel Oonomoo se montra tout à fait insensible, mais qui affecta péniblement l’organisation moins robuste du jeune officier.

Le village Shawnee était éloigné d’environ un mille. Comme il n’y avait pas la moindre probabilité de trouver Vanderbum sur pied à une heure aussi matinale, ils marchèrent à petits pas dans la forêt.