Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/144

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
144
les drames du nouveau-monde

— Laissez-moi donc faire ! lui dit ce dernier en secouant la tête ; suis-je donc une vieille femme édentée, pour prendre tant de précautions.

L’Indien rampa jusqu’au but avec une agilité de couleuvre : au bout d’une seconde Canfield le vit bondir sur un objet sombre, le saisir dans ses mains nerveuses, et aussitôt le laisser retomber avec dédain.

Le jeune officier se hâta d’accourir, et ne fut pas médiocrement surpris en reconnaissant par terre le corps gisant du nègre Caton.

— Que diable fait-il là ? demanda-t-il ; est-il mort ?

— Je ne crois pas ; il fait le mort seulement.

L’Indien avait parfaitement raison : le nègre, terrifié par l’approche de deux étrangers, dont un Indien surtout, s’était laissé tomber et était demeuré étendu par terre feignant d’être trépassé, afin d’ôter aux ennemis l’envie de le tuer.

Canfield irrité de tous ces contre temps, sentant d’ailleurs le danger de trahir leur présence en un lieu si proche des Shawnees, usa de fort peu de ménagements envers le moricaud.

— Debout ! imbécile ! indocile brute ! lui dit-