Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/146

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
146
les drames du nouveau-monde



route, méprisable poltron ? pourquoi venir ici où on t’avait défendu de paraître.

— Eh ! le sais-je ! je suppose que j’ai voulu regagner la maison, et sans m’en douter, je suis arrivé dans ce bois.

— Que dites-vous de cela, Oonomoo ? demanda Canfield en se tournant vers le Huron.

— Qu’il s’en aille ! je le tuerai s’il fait manquer notre expédition.

— Tu entends, Caton : il t’arrivera malheur si tu nous suis. Tu t’en iras tout à l’heure ; pour le moment, ta présence ne me paraît pas nuisible ; reste avec nous encore quelques instants, mais, sur ta vie ! garde-toi de faire entendre un simple soupir !

Caton terrifié promit obéissance et les suivit humblement par derrière, pendant que le Huron ouvrait la marche.

Ce dernier s’enfonça dans un fourré inextricable, y creusa une espèce d’enceinte circulaire, et s’installa dans une espèce de lit qu’il s’était préparé au milieu des broussailles :

— Nous avons le temps, dit-il, de dormir un peu.

Cette proposition fut excessivement agréable