Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
147
rayon-de-soleil



au lieutenant, en dépit de son impatience, il tombait de sommeil et pouvait à peine se soutenir. Tous trois se couchèrent et furent bientôt endormis profondément : Caton avait été placé à quelque distance sur le seul sentier praticable, de façon à tomber le premier sous les yeux de l’ennemi s’il venait par là.

Mais, l’impressionnable moricaud ne resta pas longtemps tranquille ; levant la tête avec précaution, il s’assura que le terrible Huron ne le voyait ni ne l’entendait ; alors il rampa à une certaine distance avec les plus grandes précautions, puis se releva sur ses pieds et se sauva ventre à terre. Peut-être saurons-nous plus tard quels étaient ses projets.

Pendant que Canfield et Oonomoo prennent un instant de repos pour se préparer à leur périlleuse tâche, nous reviendrons, s’il plaît au lecteur, à notre vieille connaissance Hans Vanderbum, le bienveillant gardien de la gentille et intéressante Mary Prescott.

On se souvient que madame Vanderbum, la séduisante Keewaygooshturkumkankingewock avait reçu pour pensionnaire la jeune captive.