Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
175
rayon-de-soleil



porte sans mot dire ; bientôt sa tête appesantie s’inclina… s’inclina vers la terre, le corps tout entier la suivit ; Keewaygooshturkumkankingewock dormait ; disons mieux, elle ronflait comme une pédale d’orgue.

N’eut été cet aimable bruit, on aurait pu se croire dans une chambre mortuaire, tant était profonde l’immobilité et l’insensibilité des trois dormeurs.

Vanderbum eut la patience féline d’attendre sans bouger pendant plus d’une demi-heure. Ensuite il vérifia la qualité du sommeil de chaque membre de sa famille en allant et venant lourdement dans la hutte. L’épreuve faite avec succès, il n’hésita plus et s’approcha de miss Prescott.

— Attention ! lui murmura-t-il à l’oreille.

— Eh ! bien ! qu’y a-t-il ? fit-elle en se levant.

— Vous ne dormez pas, vous ?

— Non, je suis prête.

— Voilà le moment, il faut partir.

— Dorment-ils bien tous ; votre « Lys » et les enfants ?

— Oui ! on les écraserait qu’ils ne s’éveilleraient pas.

— Ne feriez-vous pas bien de donner un coup