Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
179
rayon-de-soleil



nous soyons du même avis. Voyez-vous, j’ai connu une jeune fille, une bonne et jolie fille comme vous, elle se nommait Annie Stanton ; elle avait un ami, un ami loyal comme le lieutenant ; eh bien ! dans une affaire à peu près semblable à la nôtre, ils m’ont pris pour un sot et un ignorant, mais !… ils ont reconnu plus tard qu’ils s’étaient rudement trompés.

— Mais sans doute, je vous crois bien !… Est-ce que nous ne pourrions pas marcher plus vite ?

— Diable ! je ne pourrais courir plus vivement.

— Au moins, de grâce ! ne parlons pas si haut !

— Vous avez raison : je ne soufflerai mot.

Sur ce, les gros Hollandais serra les lèvres pour rester plus consciencieusement silencieux ; mais cette partie des voies respiratoires se trouvant fermée, il en résulta la nécessité de souffler par les narines, et cela si bruyamment que le remède parut à Miss Prescott pire que le mal.

Alors elle essaya de le mettre à l’aise en l’excitant à parler ; mais Vanderbum devenu prudent à l’excès s’obstina à rester bouche close. Bien plus, il hâta le pas, soufflant, reniflant, suant