Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
28
les drames du nouveau-monde



était dans les bois, et que les eaux dormaient.

— Son mari, cette canaille de Ferrington, est-il toujours vivant !

— Oui.

— Et leur baby ?

— Oui ; ils ont deux enfants.

— Tonnerre et éclairs ! fit Vanderbum revenant à sa langue natale pour lancer son interjection favorite : cette fille là a failli m’épouser.

— Pourquoi n’est-elle par devenue votre femme ? demanda Oonomoo également en anglais.

— Elle ne marchait pas le droit chemin, comme il convient à une brave fille ; ce n’était pas ma Keewaygooshturkumkankingewock, qui est tout d’une pièce, elle, de la tête aux pieds. J’ai abandonné l’autre à ce Ferrington.

Le Huron répondit par un gros rire, en homme qui sait à quoi s’en tenir. Évidemment il n’était pas occupé d’une affaire urgente, sans quoi il n’aurait pas perdu son temps en pareils bavardages.

— Pensez-vous que le baby vivra ?

— C’est possible ; à présent qu’ils sont dans les Settlements (cultures européennes), les Shawnees ne pourront plus s’en emparer ; ils ne vivront plus dans les bois comme par le passé.