Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/49

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
49
rayon-de-soleil



Vanderbum resta encore quelques minutes en méditation, regardant les voûtes sombres de la forêt, sous lesquelles s’était évanouie la forme brune et fugitive de l’Indien. Enfin il regagna son logis en marmottant des propos confus.

La journée était extrêmement chaude pour la saison ; tout semblait endormi dans le village Indien, Hans remarqua que beaucoup de Shawnees étaient cependant restés sur les bords du fleuve Miami : sans attacher beaucoup d’attention à cette circonstance, il attribua leur présence en ce lieu à l’accablement produit par la chaleur, et au désir de chercher le frais.

Tout en méditant sur les aventures de cette journée étrange, il arriva à son wigwam : là, une joie imprévue l’attendait. Son domicile avait été assigné pour résidence à Miss Prescott : la terrible dame Vanderbum était préposée à sa garde, avec ordre de ne pas la perdre de vue pendant une seule minute.

Un détail parut quelque peu dur et trop personnel à Vanderbum : en cas d’évasion, c’était lui qui devait être responsable et la payer de sa vie.

— C’est délicat ! murmura-t-il ; je voudrais