Page:Aimard - Rayon de soleil, 1866.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
80
les drames du nouveau-monde



pour ce soir, afin de partir avec lui pour me rendre au village des Shawnees où est miss Mary, et la délivrer.

— Vous ! la délivrer ?

— Nous l’espérons. J’avais pensé que tu pourrais aller au Settlement porter la nouvelle de cette triste affaire à mistress et miss Prescott, et leur dire que le Huron ainsi que moi nous allons faire l’impossible pour délivrer miss Mary. Elles peuvent avoir aperçu l’incendie, et doivent être dans une horrible anxiété, si elles soupçonnent que ce malheur est arrivé chez elles. En outre, je pense que le Huron ne voudra pas que tu nous accompagnes.

— Et pourquoi ? répondit le nègre d’un air suffisant ; suivant moi, Caton sait très-bien prendre soin de lui-même : c’est ce qu’il a toujours fait, pas plus tard que la nuit dernière.

— Il décidera cela à son retour : ce qu’il dira sera exécuté.

— Quand l’attendez-vous ?

— Dans peu d’instants. Durant cet intervalle nous avons autre chose à faire. Saurais-tu où trouver, par ici, une bêche ou une pelle ?