Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
220
JACK ET JANE.

je courais après Boo pour le laver. J’allais refaire ma toilette quand j’ai aperçu miss Bat qui sortait tous les meubles pour les battre. Alors je n’ai plus pensé qu’à venir vous faire part de ma surprise. Voyons, que dois-je faire ? »

Les chats la regardèrent, mais aucun d’eux ne lui donna son avis. Cependant Tobie se dirigea vers le rayon où étaient les vivres, et poussa un profond miaulement, qui disait aussi clairement que possible :

« Dînons d’abord, nous discuterons ensuite. »

Molly se laissa toucher.

« Un peu de patience, mes amis, leur dit-elle en se levant. Vous allez être servis. Ne vous disputez pas surtout ! »

Elle posa la terrine devant les petits chats, qui lapèrent le lait à qui mieux mieux, et elle fit quatre parts des os. Chacun des gros chats alla tranquillement à sa place et mangea sa part sans toucher à celle de son voisin.

Molly retourna méditer dans son panier.

Elle ne pouvait comprendre ce qui faisait agir miss Bat. Ce n’était pas l’exemple de ses voisins, car, depuis bien des années, miss Bat les avait vus battre leurs meubles, secouer leurs tapis, et nettoyer leur maison du haut en bas, sans avoir jamais eu la pensée de les imiter. D’où provenait ce changement ? Molly ne s’imaginait guère qu’elle en était la cause indirecte. Voici comment :

La veille au soir, miss Bat revenait de l’église ; la nuit était sombre, et deux vieilles dames qui marchaient devant elle ne la virent pas. L’une d’elles étant un peu sourde, elle entendit leur conversation d’un bout à l’autre. On parlait d’elle :