Page:Alcott - Jack et Jane.djvu/291

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
243
BELLE-PLAGE.

C’est une encyclopédie. Avec les deux livres que vous voyez là, un microscope et un télescope, on pourrait aller au bout du monde sans être jamais embarrassé par quoi que ce soit.

— Mais vous n’avez pas de télescope, dit Jane.

— Malheureusement non ; j’ai un microscope, c’est déjà quelque chose ?… Il faut absolument mettre cela dans la malle, ajouta Frank en se tournant vers Mme Peck.

— Voyez vous-même si c’est possible, fit Mme Peck impatientée. »

La malle était comble. Frank dut se rendre à l’évidence.

« Puisque c’est comme cela, dit-il, je les porterai moi-même. Je ne peux pas m’en passer. Je les mettrai avec le paquet de châles et de couvertures. »

Jack prit un air dédaigneux et lui dit :

« Avez-vous donc l’intention d’étudier la conchiologie et d’examiner des grenouilles au microscope, pendant les vacances ? Moi, je pécherai, je ramerai, je me promènerai, je me baignerai et je deviendrai fort comme un Turc. Cela vaudra bien mieux.

— Mon cher Jack, lui répondit son frère, les grenouilles n’habitant pas dans l’eau salée, je ne pourrais guère les étudier au bord de la mer, et si vous voulez parler de la conchyliologie, autrement dit, de la science qui traite des coquillages, je vous engage d’abord à en prononcer le nom d’une manière exacte. J’ai tout aussi envie que vous de m’amuser et de prendre des forces, mais je veux pouvoir me rendre compte de ce que je verrai sans pour cela ennuyer les autres. Voilà pourquoi j’emporte mon encyclopédie. Vous serez peut-être bien aise de la trouver. »