Page:Alembert - Traité de dynamique (1758).djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
AVERTISSEMENT.

tions qui m’ont été faites sur ce sujet dans les Mémoires de l’Académie de Berlin de 1753, par deux grands Géometres, Mrs Bernoulli & Euler, divisés d’ailleurs entr’eux, même dans ce qu’ils me contestent, puisque l’un m’accorde ce que l’autre me nie. 5º. Enfin une démonstration du principe de la composition des forces, à la vérité moins simple que celle qui a été donnée dans l’article 28. de cet Ouvrage, mais que je crois cependant n’être pas indifférente pour les Mathématiciens, par le moyen que j’ai trouvé de simplifier la démonstration très-ingénieuse de ce même principe, qu’on peut lire dans le premier Tome des Mémoires de Pétersbourg. Mais ces différentes additions, quoique toutes intéressantes par leur objet, auroient trop grossi le Volume que je mets au jour ; je me propose donc de les publier, ensemble ou séparément, dans quelqu’autre occasion.