Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/303

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
305
CYBÈLE

Ce qui entra de matériaux dans une digue aussi invraisemblable est impossible à se figurer : non seulement toutes les roches disponibles du sud-ouest européen, mais la chaîne entière des montagnes de Kong de la côte des Mandingues et une partie de l’Atlas furent apportés et jetés à la mer. Les Lesseps du temps jadis n’étaient certes que de petits enfants en comparaison des ingénieurs de ce xxve siècle. Nombre de générations profitèrent longtemps du résultat de ce beau travail, mais ce résultat ne pouvait jamais être que temporaire, et à l’heure où nos amis cinglaient vers cet autre rempart de près de mille kilomètres en ligne droite qui défend tout le nord de l’Espagne, et bien qu’à l’entrée de l’été, ils eussent, surtout à la hauteur où ils se tenaient, sérieusement souffert du froid s’ils n’eussent été amplement munis de chaudes fourrures.

Le climat actuel de l’ancienne France, très froid mais très sec sous un clair soleil, se trouvait ressembler assez à celui qu’avait eu la Suède dont les habitants égayés par une belle lumière et une bonne santé, avaient ce caractère ouvert et expansif si différent de l’humeur maussade qui est propre aux gens des pays brumeux, caractère qui leur avait même valu d’être quelquefois appelés les Français du Nord. Rien d’étonnant donc que malgré la transformation climatique, les habitants de la vieille