Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/90

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
92
CYBÈLE

sans cesse, tandis qu’une autre bande semblable montait toujours, en un mouvement coupé par intervalles de quelques temps d’arrêt. Et ces allées mouvantes étaient pleines de gens qui se rendaient commodément vers la haute ville ou que celle-ci déversait à flots à niveau des larges artères qui, de chaque côté de la grande place, conduisaient aux extrémités d’Alger. Les principales routes et quelques grandes rues étaient ainsi pourvues de voies mouvantes du même système avec stations de distance en distance et passerelles de service. Marius, déjà préparé à tout, se dit qu’en somme les choses nouvelles qu’il trouvait maintenant étaient dans l’ordre, autant que celles qui étonneraient un phocéen de jadis subitement transporté dans la Marseille du siècle des chemins de fer et des bateaux à vapeur.

Les progrès et l’avancement social développés par les siècles, faisaient de cette nouvelle France un pays de civilisation supérieure où un homme de l’époque de Marius devait ressentir une impression d’amoindrissement de soi-même, quelque chose comme la faiblesse de l’enfant. Au premier abord tout donnait une haute idée de ce peuple la richesse et l’élégance des constructions, l’expression digne et assurée des visages, les formes amples et belles du costume, de même que l’aspect ordonné et l’extrême netteté des rues partout à hautes