Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/92

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
94
CYBÈLE

devant sa compagne une porte-fênetre qui se refermait ensuite sur l’un et l’autre, et ce fut tout.

— Qu’est cela ? demanda Marius.

— Ce n’est rien, répondit Namo. Quelque paire d’amoureux sans doute qui rentre au logis après être allé s’ébattre et converser au grand air par cette belle matinée. Vous ne connaissez donc pas l’appareil à voler, chez vous ?

— Nous n’en sommes encore qu’au vélocipède.

— Mon cher, j’ai de ces appareils à votre disposition. Le mécanisme en est fort simple. Je vous expliquerai cela.

— Je ne demande pas mieux, car je ne sais comment cela se fait, mais depuis mon arrivée dans votre planète, j’ai tout à fait perdu cet élan superbe, cet entrain sans pareil qui me lançait à travers l’espace sans avoir besoin de mécanisme d’aucune sorte. Mais, à propos, dites-moi donc, mon cher Namo, pourquoi ne vois-je partout que bronze, platine, argent, etc ? La métallurgie a donc fait bien des progrès.

— Mon ami, nous visiterons ensemble quelque jour nos fonderies nationales. Vous y verrez comment nous puisons le métal en fusion à sa source même. Au lieu de nous donner une peine infinie comme autrefois pour décomposer de rebels mine-