Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/94

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
96
CYBÈLE

aérostats, les chemins de fer doivent aussi avoir été perfectionnes sans doute ?

— Des chemins de fer ? De quoi me parlez-vous là grands dieux Aujourd’hui l’on ne voit plus partout que tubes pneumatiques reliant tous les points du globe. Les voitures tubulaires se bourrent de voyageurs, on amorce, puis un coup de piston et c’est fait. Les voyageurs sont rendus destination, et le même individu peut à la rigueur se montrer le même jour aux points les plus extrêmes du continent. C’est même cette rapidité qui conserve à nos tubes de communication leur vieille existence qui sans cela serait compromise depuis longtemps par les transports aériens, car les aérostats que vous rappeliez tout à l’heure, sont devenus aussi maniables et pratiques qu’ils l’étaient peu à leurs débuts. Tenez, voici un aéronef public qui passe. Vous voyez avec quelle docilité il aborde sa station pour déposer des voyageurs et en prendre d’autres.

— Et dire que chez nous la direction des ballons passe aux yeux des gens les plus sensés pour une pure utopie. Il me tarde de savoir comment a été résolu le problème.

— Si nous n’approchions maintenant de notre demeure, je satisferais de suite votre légitime curiosité, mais nous sommes forcés de remettre à un autre entretien une explication qui, bien que