Page:Alhaiza, Cybèle, voyage extraordinaire dans l'avenir, Georges Carré, 1904.djvu/96

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
98
CYBÈLE

aimable, et qui inspirait envers cette femme, fort belle encore, un profond respect en même temps qu’une vive sympathie.

Le professeur de son côté eut sa bonne part d’affectueuses félicitations, et se chargea incontinent d’installer le nouvel hôte dans un appartement contigu à celui qu’il occupait lui-même, et qui se trouvait être tout disposé dans cette maison où en tout temps se pratiquait la plus large hospitalité pour les amis et les visiteurs de la famille. Tandis qu’ils gravissaient ensemble les degrés qui conduisaient à leur étage, Namo accueillait dans ses bras une autre femme qui accourait, à son tour heureuse et empressée. C’était sa jeune sœur Junie que Marius ne vit pas mais qui lui entendit pousser un léger cri de joie lequel eut le pouvoir étrange, incompréhensible, insensé, de remuer jusqu’aux fibres les plus intimes de son cœur.

— Mon ami vous voici chez vous, dit Alcor en introduisant le jeune homme dans un logement fort bien aménagé et pourvu de tout ce qui pouvait satisfaire les habitudes de bien être d’un ultra-civilisé. Il ne reste plus qu’à suppléer aux effets et menus objets qu’auraient contenus vos malles si vous n’aviez pas entrepris ce grand voyage avec tant de précipitation. Je fais mon affaire de ces petits détails, et en attendant, la garde-robe de